Rapport du Congrès

Home / Nouvelles / Rapport du Congrès

Rapport du Congrès

Rapport du Congrès

Le 1er Congrès « Santé des Polonais 2019 » c’est – comme le dit son organisateur et maître le prof. Henryk Skarżyński – une initiative importante et courageuse. En tant que les leaders, personnes qui réussissent, représentants de diverses spécialités, nous ne pouvons pas nous cacher et reconnaître que tout n’est pas bon. . Nous devons parler à haute voix et de manière responsable des questions fondamentales, des priorités pour l’ensemble de la société, et ces questions incluent certainement les problèmes de santé largement compris.

Le Congrès, qui s’est tenu les 18 et 19 novembre au Centre de la Science Copernicus, a rassemblé des représentants de ministères et de bureaux d’État, des scientifiques éminents, des experts dans divers domaines de la médecine, ainsi que des économistes, des représentants d’universités et d’organisations de patients. – Nos discussions sérieuses visent à fournir des arguments précieux qui soutiendront la gestion actuelle du ministère et les futurs décideurs dans le domaine de la santé.

L’idée d’organiser un Congrès consacré à la santé des Polonais est née lors du dépistage et des consultations qui ont eu lieu dans les villes, villages et communes de toute la Pologne dans le cadre du programme «D’abord la Santé» initié en 2016 – a expliqué le Pr. Henryk Skarżyński, souhaitant la bienvenue aux participants de la conférence «D’abord la Santé 2019». – Nos contacts directs avec les habitants de centaines de villes – a continué le prof. Skarżyński – ils ont apporté une aide spécifique à des dizaines de milliers de personnes chaque année, et grâce aux médias, nous avons réussi à toucher des millions de personnes. Nous avons réalisé à quel point il était important pour nous d’être à l’écoute des besoins des gens – pas dans nos cliniques et nos bureaux bien équipés, mais lorsque nous les avons contactés en utilisant des centres médicaux mobiles.

Lors de ces rencontres en plein air, les gens se sont ouverts et ils nous ont parlé de leurs problèmes et de leurs attentes. Ensuite, ils pourraient recevoir des conseils recommandés pendant des années: comment créer des attitudes pro-santé dans notre société, combien il est important de se soutenir mutuellement dans les familles, quelle est l’importance de la solidarité générationnelle. Nous sommes une société qui a une chance non seulement de maintenir cette solidarité, mais aussi de la développer et de la renforcer. Nous avons souligné la nécessité de traiter notre santé comme un grand capital personnel et d’organiser des programmes de prévention, comme par exemple le dépistage universel. Ces objectifs – un soutien multi-spécialiste pour la santé des Polonais – sont également le message de ce Congrès. Nous devons tous prendre soin de la santé et parler de manière responsable de ce qui nous fait mal dans le contexte de l’organisation de sa protection.

– Une telle rencontre est nécessaire et elle l’est plus que jamais – souligne le prof. Skarżyński. – Si 70 pour cents des Tchèques qui ont un système de santé similaire au nôtre en sont satisfaits et nous ne sommes pas satisfaits dans un pourcentage similaire, c’est-à-dire que nous commettons des erreurs quelque part. Alors commençons par nous-mêmes. Que pouvons-nous faire en tant qu’experts en science, en médecine et en soins de santé? Ne restons pas à l’écart. Regardons d’un œil critique et acceptons les arguments des autres avec compréhension. Nous sommes conscients que beaucoup dépend de nous et qu’il n’y a pas de recettes toutes faites pour tout – a déclaré le prof. Skarżyński.

L’idée d’organiser un congrès sur la santé des Polonais a été vantée par le ministre de la Santé, le Prof. Łukasz Szumowski: – Les discussions sur la santé sont cruciales, car souvent le patient qui se présente chez le médecin attend plus qu’il peut recevoir pour le moment. C’est pourquoi il est si important de discuter avec des experts d’un groupe de divers cercles de services de santé, avec des organisations représentant les patients. Il est nécessaire de discuter comment améliorer l’ensemble du système, mais aussi de montrer ce qui a été accompli maintenant et il y a des années. La voie que nous suivons aujourd’hui a une bonne direction – bien sûr, le cas des Tchèques pourrait être évoqué ici, mais chez eux il y a plus de fonds transférés au service de santé, et la prime santé est également plus élevée. Cette voie est en partie tracée par la loi des 6%, nous ne pouvons pas en démissionner, même nous devons également nous efforcer de faire en sorte qu’il y ait plus d’argent pour la protection de la santé. Cela ne peut cependant pas nous dispenser d’actions rationnelles, d’actions visant à coordonner les soins aux patients. Un de ces exemples est le programme KOS-Zawał, grâce auquel nous avons réduit de 30% le nombre de patients souffrant d’infarctus du myocarde. La modélisation des soins d’un point de vue purement administratif est très importante.

Un élément important de ce Congrès est également le fil éducatif. Les patients doivent être informés sur le système en Pologne (et dans le monde), sur ses avantages et ses inconvénients. Ce n’est pas dramatique dans tous les domaines, mais ce n’est pas bon dans tous les domaines. Nous devrions tous discuter ensemble de ce qui peut être amélioré, comment aider les patients, peu importe qui nous représentons.

– Je suis heureux que le Fonds National de la santé ait pris le patronage de ce Congrès – a souligné le Dr Adam Niedzielski, président du Fonds National de la Santé au début de son discours, faisant référence au nom du Congrès – « Santé des Polonais ». – Cela prouve un changement de paradigme – nous réfléchissons à la manière de maintenir la santé, et non à la lutte contre la maladie, ce qui peut se refléter dans l’espace public. Prendre des mesures préventives, ainsi que les financer,c’est particulièrement important, d’autant plus que les Polonais sont une nation vieillissante. Cela signifie que les dépenses de santé augmenteront et qu’il peut s’avérer que les fonds disponibles pour le traitement soient insuffisants.

Le fait que les discussions au cours du Congrès ne sont que la première étape vers l’amélioration des soins et des soins de santé préventifs en Pologne a également été souligné dans leurs discours par d’autres représentants de la communauté scientifique et médicale. Docteur Jarosław Pinkas, HDR, prof. CMKP, inspecteur sanitaire en chef, consultant national dans le domaine de la santé publique, a souligné que le Congrès est l’occasion de sensibiliser les Polonais à ce que signifie «bon choix de santé». L’un d’eux c’est de ne pas fumer. – Peut-être qu’en 2030, nous serons un pays sans tabac – a déclaré le Dr Pinkas. – Ceci est au moins indiqué par les dernières données sur le tabagisme – en 2011, les cigarettes étaient jusqu’à 31 pour cent Polonais, alors qu’en 2019 – seulement 21%. Les directives anti-tabac et l’éducation ont conduit à cette amélioration – a souligné le Dr Pinkas.

– En 2019, nous nous sommes concentrés sur les problèmes de santé mentale, en 2020 nous nous concentrerons sur la santé des personnes âgées – a déclaré Bartłomiej Chmielowiec, le médiateur des droits des patients. Parlant de la prophylaxie sanitaire, il a souligné l’importance de l’éducation dès le plus jeune âge et de l’introduction du sujet des connaissances sanitaires dans les écoles. – Rien ne renforcera autant l’état de santé de la société que la sensibilisation pro-santé des plus jeunes Polonaises et Polonaises. – S’il vous plaît, gardez les enfants à l’esprit – a également fait appel à Mikołaj Pawlak, défenseur des droits de l’enfant en faisant, entre autres, l’attention aux effets désastreux d’un mode de vie sédentaire et passer du temps devant l’ordinateur pour leur santé. Les effets de l’inactivité physique sont de plus en plus fréquents chez les plus jeunes: obésité et mauvaise posture.

– Grâce à des débats comme ceux qui ont eu lieu lors du 1er Congrès de «Santé des Polonais 2019», le sens de la communauté grandit – a souligné le prof. Michał Kleiber, vice-président de l’Académie Européenne des Sciences et des Arts. – C’est important, car il y a beaucoup de défis – dit le prof. Kleiber, en rappelant, entre autres, sur l’utilisation des nouvelles technologies en médecine, l’optimisation des méthodes diagnostiques et thérapeutiques, ainsi que les questions éthiques liées aux progrès rapides, par exemple en génie génétique. Le rôle important des nouvelles solutions technologiques et du traitement de quantités croissantes de données en médecine et en soins de santé a également été discuté par le prof. Piotr Czauderna, chef du département de chirurgie et d’urologie des enfants et des jeunes à l’Université de Médecine de Gdańsk, président de l’Agence de Recherche Médicale et coordinateur de la Section des Soins de Santé au Conseil National de Développement auprès du Président de la République de Pologne. En conclusion de son discours, il a souligné: – Les données, c’est du nouveau pétrole – Je voudrais que cet aspect joue un rôle de plus en plus important dans le système de santé polonais.

– Les scientifiques décrivent la réalité et les ingénieurs la créent – a déclaré le Prof. Jan Szmidt, recteur de l’Université de Technologie de Varsovie, président de la Conférence des Recteurs des Écoles Universitaires de Pologne, en soulignant le début d’une ère extraordinaire – l’apprentissage automatique. La télémédecine, la téléréadaptation, la numérisation, l’envoi de grandes quantités de données sont des enjeux qui domineront la médecine moderne.

La santé des Polonais du point de vue des Ministres de la Santé

– Il faut un congrès pour ne pas oublier dans le feu des événements divers et une certaine ferveur que le niveau actuel de médecine et de soins de santé est le résultat de générations – celles de l’entre-deux-guerres, lorsque les fondations de la médecine clinique ont été construites, mais aussi celles de l’après-guerre, où, à partir de zéro, on a créé entre autres, une modèle de référence, pour ces temps-là, des soins pour la mère et l’enfant ont été, grâce à quoi la mortalité des nouveau-nés a chuté de façon spectaculaire – a déclaré le prof. Henryk Skarżyński, annonçant un débat avec la participation des chefs du ministère de la Santé. – Les réalisations remarquables des 30 dernières années sont importantes, et nous avons part d’eux.

Je suis heureux que les chefs du ministère de la Santé qui ont occupé leurs fonctions pendant cette période puissent en parler lors du Congrès. C’est, entre autres, grâce à votre faveur, que notre Institut – l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition – une unité dans laquelle nous effectuons le plus grand nombre de chirurgies d’amélioration de l’audition au monde depuis 16 ans – a été possible – a ajouté le prof. Henryk Skarżyński.

– Je suis convaincu que chacun des ministres souhaitait une réparation complète du système de soins de santé et chacun d’eux a fixé ce qui pouvait être réparé pendant qu’il était dans son bureau – a noté le ministre Łukasz Szumowski au début de ce débat. En même temps, il a souligné qu’en amorçant des changements dans les soins de santé, il n’essayait pas de les révolutionner. Les Polonais ne s’attendent pas à des changements révolutionnaires, mais à une amélioration progressive.

Sur les succès de la médecine et les attentes des patients

La médecine polonaise suit les progrès du monde. Les cliniques mettent en œuvre les dernières méthodes de traitement et technologies médicales. Il s’agit de ces thérapies modernes, entre autres en oncologie, en radiologie et en imagerie, en immunologie et en génétique, ont été discutés lors de panels sous le slogan «Science pour la Société». Cependant, tous les Polonais ne sont pas conscients du niveau élevé de la médecine polonaise et ne sont pas satisfaits des soins de santé. – En tant que communauté médicale, nous devrions donc commencer à parler de ce qui est bon pour inspirer confiance de la société. Pourquoi un Polonais vivant en Angleterre qui vient avec son enfant pour une consultation dit « merci » à la fin de la visite, alors que celui vivant à Varsovie exprime son mécontentement face au fait qu’il doit attendre 20 minutes pour la consultation – a noté le prof. Henryk Skarżyński. – Tout le monde veut aller chez un bon médecin, tout le monde veut être traité par un spécialiste qui est reposé, ouvert aux besoins du patient, et à l’étape du diagnostic et du traitement peut profiter de nombreuses options – a ajouté le Prof. Skarżyński.

Aux attentes des patients mentionnées par le prof. Skarżyński, déjà lors de l’ouverture du Congrès, un débat séparé a été consacré avec la participation des associations de patients présidées par le Dr. Grzegorz Juszczyk, directeur de l’Institut National de la Santé Publique – Institut National d’Hygiène et de l’Institut de l’Alimentation et de la Nutrition, et Dr. Maciej Piróg, directeur de la Clinique « Le Réveil », ancien secrétaire d’État au Ministère de la Santé. Parmi les plus fréquemment mentionnés dans la discussion figuraient: la réduction des files d’attente pour les spécialistes, l’accès à l’information médicale et à des services médicaux de haute qualité, l’accès aux médicaments remboursés et la réadaptation. – Ce sont des attentes auxquelles – comme l’a dit Stanisław Maćkowiak, président de la Fédération des Patients Polonais – le système de santé devrait trouver une réponse dans un proche avenir. Malheureusement, il existe encore de nombreuses mauvaises solutions ou irrégularités dans ce système. Par exemple, il est choquant que certains médecins, en raison de contrats signés avec l’employeur, ne trouvent pas rentable d’écrire des renvois pour des examens spécialisés (moins un médecin les écrit, plus leur salaire est élevé). La solution à ce problème dans les prochains mois a été annoncée par Grzegorz Błażewicz, défenseur adjoint pour les droits des patients, qui a participé à la discussion.

Le Dr Witold Cieśla, directeur médical adjoint de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition, a évoqué les lacunes du système de soins de santé primaires (POZ), soulignant que jusqu’à 52% des fonds sont alloués à l’hospitalisation. Le Dr Cieśla a souligné que la plupart des maladies devraient être diagnostiquées et traitées par des médecins généralistes. Cependant, ce n’est pas le cas, entre autres, en raison de l’insuffisance de l’équipement des unités POZ en matériel médical et des réglementations légales limitant la possibilité pour ces médecins de commander des tests de diagnostic de laboratoire., d’imagerie et endoscopiques.

– Nous sommes heureux de parler des droits des patients, mais ils ne peuvent être illimités – a noté le Dr Marcin Mikos, secrétaire de la Société Polonaise de Droit Médical. Il y a des moments où il le faut dire clairement. Par exemple, si un parent refuse de vacciner, il ne peut pas s’attendre à ce que le médecin soit le garant de la santé de l’enfant. – Il est extrêmement important que le patient sache qu’il assume lui-même au moins une partie de la responsabilité de sa propre santé – a conclu Beata Ambroziewicz, présidente de l’Union Polonaise des Organisations de Patients «Citoyens pour la Santé».

Les sondages montrent qu’environ 70 pour cent des Polonais n’ont pas une opinion positive du service de santé. Ce déficit général de confiance n’est pas toujours pour une bonne raison. C’est, entre autres, le résultat d’une discussion de longue durée, caractérisée par des jugements et des émotions extrêmes, selon certains experts. Si je demande aux patients qui ont récemment reçu un traitement leur opinion sur les soins médicaux, la plupart d’entre eux sont satisfaits des soins qu’ils ont reçus.

– La confiance réduite est également le résultat d’une mauvaise communication avec le médecin – 55% les patients oncologiques ne comprennent pas les informations fournies dans le bureau – a noté le président Ambroziewicz. Pendant ce temps, une bonne communication ainsi que l’empathie de la part du médecin sont d’une importance capitale pour le bien-être du patient. – Les technologies modernes sont importantes, mais le robot ne réveillera pas un enfant du coma – a résumé le Dr Maciej Piróg. – Traitez le patient comme s’il faisait partie de votre famille – conseilla le Dr Piróg, s’adressant aux spécialistes participant au débat et dans la salle. C’est le traitement amical (ou son absence) qui détermine souvent l’opinion du patient sur les soins de santé.

Télémédecine – soins à distance aux patients

Télémédecine, qui – comme le souligne le prof. Jan Szmidt – est l’une des directions les plus importantes de la médecine du futur, l’un des panels a été consacré, animé par le prof. Piotr H. Skarżyński siégeant au conseil d’administration de la Société Internationale de Télémédecine et d’e-Santé. – Cette forme de soins de santé, qui – par exemple – fonctionne très bien en Inde, n’est pas suffisamment utilisée en Pologne – a déclaré au début le prof. Piotr H. Skarżyński. En raison du manque de réglementations légales appropriées, il n’est pas suffisamment financé.

-L’Otolaryngologie – comme le souligne le prof. Krzysztof Kochanek, secrétaire scientifique de l’Institut de Physiologie et Pathologie de l’Audition – est l’un des domaines dans lesquels les solutions de télémédecine (téléconsultation, télédiagnostic, télé-rééducation) sont utilisées avec succès depuis 18 ans. Le prof. Kochanek a consacré beaucoup d’attention au télé-dépistage de l’audition chez l’enfant, que l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition mène depuis 10 ans. Le coût d’un télé-examen pour un enfant n’est que d’environ 20 PLN, donc beaucoup moins que le traditionnel.

– La télémédecine devrait être largement utilisée en cardiologie – a souligné le Dr Paweł Balsam de l’Université de Médecine de Varsovie, co-fondateur de la fondation « Groupe de travail télémédical ». Selon les estimations, dans 10 ans dans les pays de l’Union européenne le nombre de personnes souffrant d’insuffisance cardiaque augmentera de 25 pour cent. Dans les soins ambulatoires et de rééducation, la télésurveillance doit être utilisée dans ce groupe de patients. Des dispositifs de surveillance cardiaque sont déjà implantés chez des patients, malheureusement uniquement dans certains centres de recherche, dans le cadre de subventions. Tymczasem

Cependant, la télésurveillance réduirait les hospitalisations d’environ 30%. Il n’y aurait pas non plus de telles visites, même s’il ne faut pas oublier que – par définition – la télémédecine n’est pas destinée à remplacer le contact avec un médecin, mais à le faciliter. Sur la base des résultats enregistrés, l’appareil sélectionne qui est à risque, ce qui dérange dans les activités quotidiennes du patient. C’est grâce à cela que la mortalité des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque est réduite. Le Prof. Ryszard Piotrowicz, chef de la clinique de réadaptation cardiaque et d’électrocardiologie de l’Institut de Cardiologie d’Anin, vice-président du Comité des Sciences Cliniques de l’Académie Polonaise des Sciences, a exploré ce sujet en parlant de téléréadaptation cardiaque. L’accès à cette procédure n’est pas satisfaisant en Pologne: il est le meilleur en Silésie – environ 50 pour cent patients avec le soi-disant un incident cardiaque (par exemple une crise cardiaque), peut l’utiliser, le pire c’est en Mazovie – seulement 8 pour cent. La télé-rééducation de neuf semaines donne de très bons résultats et c’est un standard polonais! Il est remboursé sur le budget de l’Etat. Malheureusement, les médecins ne dirigent pas les patients vers cette forme de rééducation.

– En ophtalmologie – comme le Prof. Jerzy Szaflik, directeur du Centre de Microchirurgie Oculaire Laser le disait – la télémédecine offre une chance d’améliorer le diagnostic et la détection précoce du glaucome. C’est extrêmement important, surtout si l’on tient compte du fait que notre société vieillit.

Économie et soins de santé

L’augmentation des dépenses pour la santé est nécessaire, ceque les participants répétaient aux panels et pendant les débats, parmi eux le débat «L’impact de l’économie sur la santé des Polonais» présidé par le prof. Piotr Czauderna, président de l’Agence de Recherche Médicale, coordinateur de la Section Santé au Conseil National de Développement auprès du Président de la République de Pologne, et le prof. Krzysztof Opolski, chef du Département des Banques, des Finances et de la Comptabilité de la Faculté des Sciences Économiques de l’Université de Médecine de Varsovie, président du Chapitre du Prix Économique du Président de la République de Pologne. – Nous dépensons 4 milliards de PLN par an pour la santé publique – le montant total des dépenses de l’État est de 120 milliards de PLN, donc c’est un montant modeste – a déclaré le Dr Grzegorz Juszczyk, directeur de l’Institut National de la Santé Publique – Institut National d’Hygiène et de l’Institut de l’Alimentation et de la Nutrition. – L’objectif le plus important, cependant, n’est pas tant d’augmenter considérablement les dépenses que d’organiser le flux dispersé de financements vers le service de santé – a-t-il souligné. Nous en avons actuellement 35 milles diverses initiatives menées par les gouvernements locaux. Ils ne coïncident pas toujours avec l’évaluation des besoins de santé.

Le tabagisme, la consommation excessive, l’abus d’alcool, le manque d’activité physique – ce sont actuellement les facteurs qui menacent le plus la santé. Leur élimination devrait devenir une priorité. – Si nous dépensons plus d’argent pour la prévention, nous aurons besoin de moins pour le traitement – a souligné le Dr Juszczyk, proposant également d’augmenter les taxes sur les produits nocifs. Les fonds ainsi obtenus pourraient être utilisés pour financer des mesures préventives.

Au cours du débat, les experts ont tenté de répondre à la question fondamentale: le calcul économique du service de santé est-il différent de celui des autres industries? La santé humaine et la vie sont difficiles à évaluer, de sorte que ce projet de loi sera toujours différent de celui des autres secteurs de l’économie, ont convenu les experts. Cependant, comme le souligne le Dr Adam Niedzielski, président du Fond National de la Santé, les lois de l’économie doivent également organiser les principes de la protection de la santé. Cependant, se référant à la soi-disant capital humain, nous devrions parler des dépenses sur les personnes, et non des coûts qui y sont liés. Les dépenses de santé doivent être traitées comme un investissement qui sera rentable à l’avenir et non comme une dépense.

Grzegorz Ziemniak, spécialiste de la protection de la santé, du marché pharmaceutique et des dispositifs médicaux, a prouvé à son tour l’importance de la santé de la société sur l’économie. Si l’on augmente d’un an l’espérance de vie de la société d’un pays, son PIB augmente de 4%! Cela couvrirait les dépenses du service de santé avec un excédent. Cet exemple montre à quel point la santé est liée à l’économie. – Depuis qu’Otto von Bismarck a introduit le premier système de retraite, l’État a commencé à regarder les problèmes de santé différemment – a rappelé l’expert. – Divers systèmes ont été introduits qui ne gagnent pas pour eux-mêmes, mais assurent la sécurité, y compris pour la santé des citoyens.

Les participants au débat ont également discuté de la manière d’augmenter les dépenses de santé. – Nous sommes dans la queue des pays de l’Union européenne, même les Tchèques nous ont dépassés – a déclaré le Dr Małgorzata Gałązka-Sobotka, directrice du Centre Médical Postuniversitaire de l’Université Lazarski, vice-présidente du Conseil du Fonds National de la Santé. Les experts ont également souligné que les patients eux-mêmes investissent dans la santé. Nous avons besoin d’analyses économiques pour dépenser nos primes aussi efficacement que possible (aujourd’hui, avec 9% alloués aux soins de santé, nous achetons trop peu de services), ainsi que l’argent que nous dépensons pour la santé de notre propre poche (un total de plus de 40 milliards de PLN par an). Nous dépensons le plus d’argent en suppléments – des préparations sans action prouvée, alors que pour un tel montant, par exemple, une assurance supplémentaire pourrait être souscrite.

À propos des dommages causés à la psyché des Polonais

«Recherche sur le bien-être des Polonais – état actuel, défis» est le titre du panel au cours duquel des experts du domaine de la psychiatrie ont alerté que les Polonais sont de plus en plus aux prises avec des problèmes mentaux. Pendant ce temps, l’accès aux soins psychiatriques est limité. Ce sujet a été un thème récurrent dans d’autres panels et débats.

On parle de plus en plus de l’état mental de notre société. Il existe également de plus en plus d’études pour déterminer le niveau de bonheur et de satisfaction des Polonais et pour vérifier comment nous gérons le stress, l’accélération du rythme de vie, le manque de temps ou l’insatisfaction au travail ou à la vie personnelle. Leurs résultats sont alarmants – le bien-être des Polonais est altéré, de plus en plus de personnes sont touchées par des névroses, même dites Dimanche (on devient nerveux avant lundi car il faut aller travailler). Les problèmes mentaux semblent affecter la sphère intime. – 30 pour cent des Polonais ne sont pas intéressés par la vie sexuelle – a déclaré le prof. Zbigniew Lew-Starowicz, consultant national dans le domaine de la selsuologie. Environ 33 pour cent, d’entre eux ne voient pas cela comme un problème et ne sollicitent pas l’aide d’un spécialiste (il y a 250 sexologues dans le pays).

Le mauvais état mental des femmes et des hommes polonais, avec le manque simultané d’accès facile aux soins psychiatriques, a été souligné par le Dr Janusz Heitzman, directeur de l’Institut de Psychiatrie et de Neurologie de Varsovie. Comme il l’a souligné, le groupe de personnes particulièrement sensibles s’élargit, y compris les personnes à faible revenu, les femmes, les enfants et les personnes âgées, ainsi que les malades somatiques. – La prophylaxie en psychiatrie – a souligné le Dr Heitzman – c’est sur tout la capacité à créer les conditions pour prendre soin de l’hygiène mentale au quotidien. La communication interpersonnelle est extrêmement importante pour la santé mentale. Pendant ce temps, la capacité de communiquer est altérée en raison de différences générationnelles – une conversation entre un grand-père et un petit-fils ou un père avec un fils, un enseignant avec un élève ne peut pas résoudre le problème, car ces générations utilisent une langue différente. Cela se traduit par un sentiment d’impuissance, une évasion vers la dépendance. Nous sommes tous dépendants – a réalisé le Dr Heitzman – et pas seulement des smartphones, d’Internet, de l’alcool, des drogues et des nouvelles drogues de synthèse. Nous sommes accros à l’adrénaline: au succès, à la puissance. Et c’est pourquoi il nous est de plus en plus difficile de maintenir des relations positives: respect, sourire – a estimé le Dr Heitzman, ajoutant que le système de soins psychiatriques de notre pays n’est pas assez bon. Son financement en Pologne occupe l’une des dernières places en Europe (environ 3% du budget total). Le sous-financement est perceptible non seulement au niveau de la structure, des infrastructures, mais surtout au niveau du personnel.

– De plus en plus de gens demandent une aide psychiatrique, et c’est positif, mais il n’y a personne pour s’occuper d’eux – a déclaré le Dr Robert Pudlo, HDR consultant provincial dans le domaine de la psychiatrie. En 2012, plus de 23%. des personnes ont déclaré des problèmes mentaux, seulement 6% d’entre elles bénéficient de soins médicaux. L’État rembourse 82 PLN par an pour le traitement d’un patient, et le coût réel est d’environ 370 PLN. Un tel système «rejette» du traitement les patients moins malades, car il n’y a pas de fonds pour les soigner. – Entre-temps – comme l’a souligné le Dr Michał Lew-Starowicz du Centre de Formation Médicale Postdoctorale – plus tôt un patient reçoit un traitement, plus vite il revient à une vie normale, et le service de santé n’a pas à dépenser des sommes importantes pour un traitement ultérieur, qui dure souvent des années.

La situation très difficile en pédopsychiatrie a été évoquée par le Dr Barbara Remberk, consultante nationale dans le domaine de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Ici aussi, seuls les cas les plus graves sont traités, dans lesquels la vie d’un petit patient est en danger. Les besoins sont énormes, alors qu’en Pologne il n’y a que 437 psychiatres pour enfants et adolescents. À son tour, la Dr Lidia Popek, consultante provinciale dans le domaine de la psychiatrie des enfants et des adolescents, a souligné que le fondement de la santé mentale humaine est l’expérience de la période prénatale et des premiers mois de la vie (0 à 3 ans). C’est la relation entre les enfants et leurs tuteurs qui a le plus grand impact sur la formation de la personnalité. Il est positif qu’en Pologne, de plus en plus d’attention soit accordée à la santé mentale des nourrissons et des jeunes enfants.En résumant, le nombre de troubles mentaux augmente. Le témoignagne, c’est le nombre de décès par suicide et l’usage de substances psychoactives, qui a doublé au cours des 30 dernières années.

Journalistes sur la protection de la santé

Le succès sera atteint lorsque nous commencerons à parler dans les médias non seulement des soins de santé. Après tout, la santé, c’est aussi le sport, la nutrition, la relaxation, le travail et la promotion de bonnes habitudes. – Nos entretiens doivent fournir des arguments précieux qui soutiendront la direction actuelle du Ministère de la Santé et les futurs décideurs – a déclaré le prof. Henryk Skarżyński, soulignant que grâce à l’implication des médias, les informations fournies par des spécialistes p.ex. dans le cadre du programme «D’abord la Santé» pourraient arriver à des millions de Polonais. Les journalistes s’engagent volontiers dans des campagnes de promotion d’un mode de vie sain et rendent compte des progrès de la médecine. Le problème c’est qu’à l’ère d’Internet, les moyens de communication existants n’apportent pas toujours l’effet escompté, et des informations fiables se perdent souvent dans la multitude de rapports qui ne correspondent pas aux connaissances médicales actuelles. Au cours du panel de discussion «Le rôle du journaliste dans la formation des attitudes pro-santé», on réfléchissait comment fournir des informations éprouvées et soutenues par l’autorité des médecins, afin qu’elles soient remarquées et appréciées par les destinataires, en particulier par les internautes.