D’abord la Santé 2018 – Résumé au Sénat de la République de Pologne

Home / Strona FR / D’abord la Santé 2018 – Résumé au Sénat de la République de Pologne

D’abord la Santé 2018 – Résumé au Sénat de la République de Pologne

D’abord la Santé 2018 – Résumé au Sénat de la République de Pologne

Le programme « D’abord la Santé » est une initiative initiée par le prof. Henryk Skarżyński en 2016 et mis en œuvre à une échelle de plus en plus grande. La troisième édition du Programme a débuté en juin devant le bâtiment de la Télévision Polonaise et de la Radio Polonaise et a duré tout l’été jusqu’à la mi-octobre. Le résumé des résultats de l’action a eu lieu le 17 octobre au Sénat de la République de Pologne lors de la « table ronde » avec la participation d’experts de divers domaines de la médecine soutenant le Programme. Dans le débat, animé par le prof. Henryk Skarżyński et Krzysztof Jakubiak, directeur du Bureau de la Presse et de la Promotion au Ministère de la Santé ont participé : Stanisław Karczewski, Président du Sénat Polonais, Président de la Commission sénatoriale de la Santé, Waldemar Kraska, Ministre de la Santé, Łukasz Szumowski et sénateur Konstanty Radziwiłł, Ministre de la Santé en 2015-2018.

Les participants à la conférence ont été accueillis par le président de la Commission sénatoriale de la santé, Waldemar Kraska. Dans son discours, il a souligné que les maladies de civilisation, favorisées par un mode de vie sédentaire, un régime irrationnel et le stress, constituent l’un des problèmes les plus graves dans les pays développés. La discussion sur la « table ronde » consacrée à la prévention de ces maladies a été officiellement ouverte par l’hôte, le Président du Sénat Polonais, Stanisław Karczewski. En remerciant le Prof. Henryk Skarżyński, pour sa coopération à l’organisation de trois conférences consacrées à la santé au Sénat de la République de Pologne, il a souligné que la protection de la santé était un domaine dans lequel il restait encore beaucoup à faire.

– Le fait que vous avez accepté l’invitation au débat d’aujourd’hui, a déclaré le maréchal Karczewski, s’adressant au groupe d’experts, signifie que nous nous soucions de la santé des Polonais. La prophylaxie – comme il l’a souligné –c’ est un sujet qui devrait figurer dans les conversations quotidiennes. Le message donné aux enfants et aux jeunes est particulièrement important. Inculquer des habitudes saines en matière de nutrition ou d’activité physique est un investissement dans l’avenir de la société. – Encourager les comportements sains – a lancé un appel le maréchal Karczewski, soulignant qu’une telle incitation pourrait également découler des politiciens. – L’année dernière, en collaboration avec le ministre de la Santé, nous avons vacciné contre la grippe. Ainsi, nous avons été exposés à la haine, car, comme vous le savez, les vaccins ont leurs adversaires.

– Je n’oublie pas que je suis un médecin et que je suis très désireux de parler de prévention autant que possible – a ajouté M. Karczewski, encourageant les journalistes présents dans la salle à aborder le plus souvent possible des sujets liés à la santé – ce qu’il a donné aux personnes rassemblées dans la salle du Sénat – a récemment été reconnu comme l’une des priorités également par le Premier Ministre Mateusz Morawiecki.

Si une personne veut être en bonne santé, même la médecine est impuissante, a-t-il plaisanté en souhaitant la bienvenue aux participants du débat, le Ministre de la Santé, prof. Łukasz Szumowski. Faisant référence à cette blague, il a cité des données européennes indiquant que 70% des activités en faveur de la santé influencent la prolongation de la vie, alors que la médecine – seulement dans 30 pour cent. Il ne fait donc aucun doute que l’accent devrait être mis sur la prophylaxie. Malheureusement, comme le a soulingné le prof. Szumowski – la plupart des programmes de prévention ne fonctionnent pas comme nous le souhaiterions. Il existe également un conflit entre éthique et économie de la santé – les dépenses consacrées aux activités de prévention apportent des avantages, mais seulement après un certain temps, alors que l’argent pour soigner les malades est nécessaire ici et maintenant.

Alors à quoi servent les ressources financières? – Il est impossible de trouver un équilibre entre les activités les plus importantes – a déclaré le prof. Szumowski. – Cependant, si nous n’agissons pas dans ces deux domaines, nous ne serons pas en mesure de faire face aux maladies de la civilisation, en particulier aux changements démographiques actuels, ainsi qu’aux problèmes de santé à lacroissance des problèmes typiques des pays occidentaux liés à la santé, tels que l’obésité, qui est de plus en plus courante chez les enfants.

– Les activités de promotion de la santé constituent un problème pour tous les ministères, y compris: ministère de la famille, de la technologie et des finances – a souligné le ministre Szumowski lors de son discours. – Mais c’est aussi un problème pour nous tous. Si les mesures préventives ne sont pas basées sur l’éducation, si nous ne mettons pas en œuvre une éducation pro-santé dans les écoles et les familles, nous ne réussirons pas.

Ce sujet a été poursuivi par le prof. Henryk Skarżyński, ouvrant le débat de la « table ronde ». Comme il l’a souligné, l’un des objectifs du programme « D’abord la santé » qu’il avait initié il y a trois ans est de créer une solidarité intergénérationnelle sans laquelle, en particulier dans une société vieillissante, il est difficile d’assurer un système de santé et de protection sociale efficace. – En construisant une telle solidarité, nous nous construisons un avenir – a déclaré le prof. Skarżyński.

Au début de la discussion consacrée aux défis de la prévention des maladies affectant le plus souvent les Polonais le prof. Skarżyński a résumé les effets de l’édition de cette année du programme « D’abord la Santé ». – C’était la plus longue voie de dépistage – a souligné le Professeur. Une équipe interdisciplinaire de spécialistes s’est rendue 34 fois en Pologne, visitant des villes et des municipalités du pays et passant plusieurs milliers de kilomètres.

Outre les oto-rhino-laryngologistes, les audiologistes, les phoniatres du Centre Mondial de l’Audition de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition et de l’Institut des Organes Sensoriels, des spécialistes d’autres domaines de la médecine – parodontie, ophtalmologie, cardiologie, dermatologie, oncologie, urologie, hématologie, chirurgie, chirurgie maxillo-faciale, pédiatrie, pédiatrie, psychiatrie, psychologie , orthophonie, gastro-entérologie et diététique. Au total, des dizaines de milliers de personnes ont participé au programme outre les patients qui ont été examiné et consulté, leurs proches et leurs amis ont également visité des centres médicaux. Des passants intéressants les ont également rejointes. Aux stands d’information, du matériel et des dépliants les attendaient, promouvant les principes de l’hygiène de l’audition et un mode de vie sain.

Le programme « D’abord la Santé » ne consiste pas uniquement en des consultations, des conseils et des recherches dans tout le pays. Il s’agit également d’une vaste campagne de promotion et d’éducation, à laquelle participent également des patients qui peuvent être considérés comme des ambassadeurs du succès de la médecine. Le Festival International de Musique des Enfants, Adolescents et Adultes avec des Troubles de l’Audition « Les Rythmes Cochléaires » organisé pour la quatrième fois à l’initiative du prof. Skarżyński sous le haut patronage du Ministre de la Santé. Le festival était accompagné d’une conférence scientifique dans le cycle « La musique dans le développement auditif de l’homme ».

– Nous avons promu l’idée du Programme dans les plus grands forums, congrès et débats économiques polonais, notamment: Forum Économique à Krynica, Wellconomy Forum à Toruń, Congrès des Défis de la Santé à Katowice, Baltic Business Forum Świnoujście et Congrès 590 à Rzeszów, essayant de montrer la médecine polonaise du meilleur côté – a souligné le prof. Skarżyński.

La force du programme « D’abord la Santé » réside dans une vaste campagne médiatique, à laquelle ont participé des journalistes de la Télévision Polonaise, de la Radio Polonaise, ainsi que des portails Internet et de la presse. – Nous étions avec des caméras partout où des villes médicales ont été organisées. Nos journalistes, encourageant pour faire des examens et des consultations, ont parlé non seulement avec les médecins, mais également avec les patients. Les téléspectateurs écoutent des experts, mais s’identifient à ceux qui utilisent la recherche. Le message avec leur participation – en tant qu’émotionnel – est plus facile à atteindre.

Cela donne une meilleure chance de communiquer au destinataire des informations précieuses sur les examens préventifs ou des recommandations sur la saine alimentation, le mode de vie, etc. – a dit la rédactrice Agnieszka Rosłoniak-Jeżowska de la Télévision Polonaise, soulignant que cette année, le programme TVP a été diffusé pour la première fois le publicité au sujet du programme « D’abord la Santé ».

– La Radio Polonaise est impliquée dans le Programme depuis le début de son existence – a déclaré le rédacteur Henryk Szrubarz. – Des milliers de Polonais ont bénéficié des consultations menées dans le cadre de ce programme. Cela nous permet de croire que les gens, informés des dangers des maladies de la civilisation et encouragés à prendre soin de leur santé, sont capables de le prendre entre leurs mains – a souligné le rédacteur Szrubarz.

La contribution des médias à la vulgarisation du programme a été appréciée par de nombreux experts invités à la « table ronde ». – C’est un événement extraordinaire dans le secteur de la santé publique – a déclaré le prof. Bolesław Samoliński, soulignant que c’est grâce à la coopération avec les médias qui ont encouragé les Polonais à participer à la recherche, que les effets du programme sont excellents. – La prévention est un effort collectif pour la santé – a résume le prof. Samoliński.

Lors de la discussion de la « table ronde », non seulement les avantages du Programme et les succès de la médecine ont été abordés, mais surtout les défis du diagnostic précoce et du traitement des maladies les plus menaçantes pour la santé et la vie des Polonais et de la manière d’améliorer le système de soins de santé en Pologne. Le Sénateur Konstanty Radziwiłł a pris part à la discussion. Comme il l’a souligné, de nombreuses examen sont actuellement disponibles (elles comprennent, par exemple, la cytologie, la mammographie ou l’évaluation des signes de cancers de la peau), qui peuvent être utilisées pour détecter rapidement des maladies dangereuses. Cependant, beaucoup de gens n’utilisent pas la possibilité de leur mise en œuvre. Comment changer cette situation?

Il y a diverses propositions – de la discussion à la punition. Trouver un moyen de persuader les patients de réaliser des examens préventifs n’est pas seulement une tâche de la médecine, mais également d’autres disciplines. Comme l’a résumé le sénateur Radziwiłł, deux axes d’action se dégagent de la discussion: l’éducation et la diffusion des connaissances sur la prophylaxie et le dépistage précoce, ainsi que par des programmes de dépistage de certaines maladies.

Les conclusions de la « table ronde » – a annoncé le ministre Szumowski – seront transmises au ministère de la Santé et serviront à l’élaboration de la politique de santé de l’État.

Au cours du débat en table ronde au Sénat de la République de Pologne, d’éminents experts – spécialistes de divers domaines de la médecine soutenant le programme « D’abord la Santé » – ont porté leur attention sur les principaux problèmes liés à la prévention, au dépistage précoce des maladies et au traitement des Polonais. On trouvera ci-dessous les résumés de leurs discours.

Docteur en médecine Katarzyna Becker, orthodontiste

Les dents des Polonais, des adultes et des enfants, sont dans un état dramatique. Il existe un manque d’éducation du public en matière de soins de santé bucco-dentaire et il n’y a pas de mesures efficaces pour enrayer l’épidémie de carie qui sévit en Pologne depuis 20 ans. Les caries, dont la conséquence peut être l’inflammation et la malocclusion, se produit jusqu’à 90 pour cent des enfants de sept ans. Des actions telles que « D’abord la Santé » ou «  L’avenir sans carie » sont une goutte d’eau dans l’océan des besoins. Dans le cadre de la prévention des caries, la Polyclinique « Pod Szyndzielnią » de Bielsko-Biała en a testé 30 000 des enfants. Le personnel a également mené des recherches en utilisant la Plateforme d’Examen des Senses chez plus de 1200 enfants.

Professeur Renata Górska, parodontologue

Il est absolument nécessaire de préciser que la négligence en matière d’hygiène et de soins dentaires peut avoir un effet défavorable sur la santé en général. Les données sont choquantes – jusqu’à 7% de Polonais ne se brossent pas les dents et 25% ne les brosse qu’une fois par jour. Dans le cadre du programme « D’abord la Santé » nous en avons examiné 2 000 des Polonais. Les connaissances découlant de ces études sont inestimables. De plus, la participation des parodontologues au Programme a été une occasion d’éduquer les patients. La plupart d’entre eux, notamment ceux venant de petites villes, n’ont pas accès à un parodontologue. Il n’y a que 500 médecins dans cette spécialité en Pologne, dont seulement 120 ont un contrat avec le Fonds National de la Santé.

 

 

Professeur Iwona Grabska-Liberek, ophtalmologiste

En Pologne, un programme national de détection des défauts de vision chez les enfants devrait être créé. La myopie, causée par une exposition prolongée à la lumière artificielle, prend actuellement la taille d’une épidémie qui touche de petits patients. La progression de ce défaut peut être inhibée, à condition qu’elle soit détectée. Par conséquent, les tests de dépistage de la myopie sont si importants.

La prophylaxie dans le domaine des maladies ophtalmiques fait partie de la pédiatrie ainsi que de la gériatrie. Dans la génération la plus ancienne, le problème est la dégénérescence maculaire. Malgré le programme de traitement, de nombreuses personnes perdent la vue. En plus du traitement, la rééducation des yeux est importante.

 

Professeur Teresa Jackowska, pédiatre

En Pologne, le taux de mortalité des nouveau-nés a diminué, tandis que les problèmes liés au traitement des patients pédiatriques, y compris les nourrissons et les adolescents, n’ont pas été résolus. Pas dans toutes les régions du pays, le niveau de soins, qu’il s’agisse de soins de santé de base ou d’hôpitaux ou de cliniques de district, est le même. En ce qui concerne la prévention des maladies chez les enfants, il est important de prévenir l’obésité et la dépression. Actuellement, plus d’enfants meurent de suicides en Pologne que de cancers. Par conséquent, il est nécessaire de créer un système de soins pédiatriques dans lequel la présence d’un psychologue sera prise en compte.

 

Professeur Mirosław Jarosz, gastroentérologue

Le nom du Programme « D’abord la Santé » est associé au slogan « D’abord, une pyramide de nutrition saine et d’activité physique ». L’Institut de l’Alimentation et de la Nutrition a rassemblé des preuves des effets positifs de la prévention et de l’éducation. Selon les estimations de l’Académie Polonaise des Sciences, plus de 300 000 Polonais et Polonaises ont évité de contracter le cancer à la suite d’un changement de régime visant à améliorer leur santé. Le Centre National de l’Éducation Nutritionnelle a lancé le programme « Prenez votre santé entre vos mains ». Il dispose de nombreux outils qui permettent à chaque Polonais de se renseigner sur une alimentation saine et de prendre en main leur santé.

 

Professeur Krzysztof Kochanek, Secrétaire de la Science de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition

Depuis 20 ans, l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition met en œuvre de nouveaux programmes de dépistage auditif pour les enfants d’âge scolaire. Ces programmes, y compris la coopération de la Fonds de Contributions de la Sécurité Sociale des Agriculteurs, Fonds d’Assurance Sociale dans le Secteur Agricole – KRUS, ainsi que du Bureau de la ville de Varsovie a déjà couvert plus d’un million d’enfants. Sur la base de l’expérience précédente, les « Recommandations de la Société Polonaise d’Oto-rhino-laryngologistes pour Enfants et de la Société d’Oto-rhino-laryngologistes, Phoniatres et Audiologistes Polonais » concernant les tests de dépistage chez les enfants ont été développées. L’institut est disposé à mener de telles recherches également en termes de perturbations des autres sens.

 

Professeur Ewa Lech-Marańda, hématologue

Il n’y a aucune recommandation pour des tests prophylactiques ou de dépistage dans les cancers hématologiques. De nombreuses maladies du sang et de la moelle osseuse, y compris le cancer, peuvent être détectées par des numérations sanguines. Malheureusement, il a été retiré de la liste des tests effectués en médecine du travail. Cependant, ce test simple doit être effectué au moins une fois par an. Un exemple de campagnes encourageant à effectuer une morphologie de contrôle est « La réponse est dans le sang ».

 

Docteur en médecine Janusz Meder, oncologiste

Lorsque nous parlons de prévention du cancer, nous parlons également de la prévention d’autres maladies. Les facteurs de risque sont les mêmes. Il ne faut donc pas parler de prophylaxie dans certaines spécialités, mais seulement de prévention des maladies de civilisation. En construisant une société en bonne santé, nous gagnons de l’argent pour le traitement de maladies avancées. De nos jours, il est nécessaire de coordonner les programmes en faveur de la santé, qui jusqu’à présent étaient souvent qualifiés de « soulèvements communs ».

 

Professeur Iwona Niedzielska, chirurgien de la mâchoire

Une augmentation de l’incidence du cancer de la bouche est observée. La possibilité d’une détection précoce est fournie par des examens dentaires réguliers. Les patients ne sont cependant pas conscients de leur nécessité. Il peut être nécessaire d’introduire des outils permettant de forcer le contrôle dentaire, par exemple la perte d’assurance s’il n’est pas disponible. Malheureusement, les dentistes ne disposent pas non plus des connaissances nécessaires pour diagnostiquer le cancer de la bouche. Il est nécessaire d’organiser des cours de formation.

 

Professeur Grzegorz Opolski, cardiologue

À ce stade, les questions les plus importantes sont les suivantes: comment être efficace? Comment informer les Polonais sur la prévention en matière de santé? Il est également important de rechercher des programmes de prévention qui, avec une efficacité élevée, ne généreront pas de coûts élevés. Un élément important est la coordination des actions préventives au niveau des autorités de l’État, des poviats et des gouvernements locaux.

 

Docteur en médecine, HDR M. Jarosław Pinkas, Inspecteur Sanitaire en Chef

Pour 80% maladies nous répondons pour nous-mêmes. Par conséquent, les Polonais doivent être convaincus que prendre soin de leur santé est une obligation pour chacun de nous. Les citoyens doivent avoir le sens du devoir! À une époque où les autorités manquent, il est difficile de dépasser les connaissances en matière de prévention. De nombreux patients croient en l’efficacité du traitement par le charlatan. Certains d’entre eux ont 120 000 points de vue sur les médias sociaux. Peut-être devrions-nous aussi y promouvoir la prévention.

 

Docteur en médecine, HDR Robert Pudlo, psychiatre

Il faut prêter attention à la nécessité d’une psychiatrie pour aider les patients qui se trouvent dans les services de traitement des maladies somatiques. Un mauvais état mental aggrave le pronostic. En introduisant des tests de dépistage des troubles mentaux dans les hôpitaux, nous avons une chance d’améliorer les résultats du traitement. En outre, l’assistance d’un psychiatre à l’hôpital augmente non seulement les chances de succès du traitement, mais est également moins stigmatisante.

 

Docteur en médecine, HDR Barbara Remberk, psychiatre des enfants et des adolescents

Depuis le « Vol au-dessus d’un nid de coucou » la psychiatrie a changé beaucoup – des méthodes de traitement efficaces existent. Cependant, le système de soins psychiatriques pour enfants et adolescents est en crise profonde. Il manque, entre autres un programme de prévention du suicide qui est la deuxième cause de décès chez les adolescents. De nombreux enfants souffrent de dépression dont les symptômes restent inaperçus. Ce qu’il faut éduquer, c’est quoi faire quand on soupçonne une dépression chez un enfant.

 

Professeur Bolesław Samoliński, allergologue

L’incidence des allergies est en augmentation. Actuellement, près de la moitié des Polonais souffrent de différents types de maladies allergiques. Les allergies ne sont pas seulement un problème polonais. Au cours des dernières années, le pourcentage de cas en Europe a été multiplié par 40. Aucune autre maladie ne surviendrait aussi massivement que l’allergie. L’une de ses causes est la pollution de l’environnement, qui en Pologne est l’un des plus grands en Europe.

 

Professeur Piotr Socha, pédiatre, gastrologue

Pour formuler des recommandations pour des enfants, des preuves scientifiques sont nécessaires. Il existe déjà de telles preuves que la formation d’habitudes saines durant l’enfance affecte la santé d’un adulte. En Pologne, comme dans d’autres pays, l’obésité est un problème grave chez les enfants. Dans la prévention de l’obésité, le dépistage joue un rôle important. Ils peuvent également être utilisés pour détecter des maladies rares. Ce sujet mérite d’être abordé lors du débat à venir.