Une nouvelle étape dans le traitement des déficiences auditives

Home / Nouvelles / Une nouvelle étape dans le traitement des déficiences auditives

Une nouvelle étape dans le traitement des déficiences auditives

, ,
Une nouvelle étape dans le traitement des déficiences auditives

Le professeur Henryk Skarżyński a mené une série de chirurgies de démonstration de la pose d’un nouveau système d’implant d’oreille moyenne Vibrant Soundbridge avec un LP-Coupler. Ces opérations ont été le principal événement du symposium International BONEBRIDGE & SOUNDBRIDGE, qui a eu lieu à la fin du mois de mars et avril – pour la première fois en Pologne et la troisième au monde – dans le Centre Mondial de l’Audition à Kajetany.

 

Le système Vibrant Soundbridge avec un LP-Coupler est un nouveau type d’implant d’oreille moyenne, c’est-à-dire un dispositif implanté chez des patients qui ne peuvent pas bien entendre en raison d’un système ossiculaire défectueux. Avec une audition normale, l’onde sonore bouge la chaîne osseuse, de sorte que le son peut être transmis à l’oreille interne. Si le système osseux ne fonctionne pas correctement ou si l’oreille interne est endommagée, le patient a différents types de pertes auditives, ce qui limite significativement ou très fortement sa communication quotidienne.

L’implant de l’oreille moyenne renforce la conduction du son, de sorte que le patient peut entendre mieux. Ce type d’implant le prof. Henryk Skarżyński a déjà implanté en 2003 comme le premier en Pologne. – Depuis lors, bien que la construction de l’implant lui-même a été peu changée, les possibilités d’amplification sonore ont radicalement changé – explique le prof. Henryk Skarżyński après des opérations pionnières. – Le premier système Vibrant Sounbridge a été une simple connexion (le transducteur vibrant a été fixé sur l’épaule de l’enclume longue avec un clip),  a amplifié les oscillations des osselets auditifs, mais il ne transportait pas beaucoup d’énergie. Ce système moderne en porte beaucoup – ajoute le prof. Henryk Skarżyński. En d’autres termes, c’est un implant de forte puissance. Cette puissance existe grâce à une nouvelle solution, grâce à laquelle sa parfaite connexion avec le système  des osselets et l’amplification sonore extrêmement forte est possible. Ce système peut être utilisé, par exemple, chez les patients pour lesquels d’autres appareils étaient trop faibles – ils amplifiaient insuffisamment le son dans l’oreille moyenne, ce qui signifiait que le patient, après l’intervention entendait unpeu mieux, mail il ne comprenait toujours pas plusieurs, plusieurs dizaines pour-cent d’informations atteignant. Les patients chez lesquels j’ai posé maintenant les implants les plus modernes de l’oreille moyenne recevront des sons que les personnes ayant les premiers implants d’oreille moyenne en 2003 ne pouvaient pas entendre. Ils n’auront plus de problèmes de compréhension et de communication.

Le nouveau système est efficace et sûr – il n’y a pas de risque de blessure au système conducteur de l’oreille moyenne, a souligné le prof. Skarżyński. Il présente un grand avantage supplémentaire – il ne constitue pas une contre-indication pour effectuer des tests utilisant la résonance magnétique à 1,5 tesla, alors que l’ancienne génération de l’implant permettait de réaliser une telle étude jusqu’à 0,2 tesla pratiquement inutilisée dans la pratique clinique quotidienne.

– Le nouveau dispositif comble une énorme lacune – il donne l’occasion de traiter la perte auditive dans un groupe de personnes âgées qui sera toujours plus grand dans notre pays – a résumé le prof. Skarżyński. – Environ 70 pour-cent les personnes âgées ont des problèmes d’audition. Malheureusement, beaucoup d’entre eux ne peuvent pas utiliser efficacement les prothèses auditives et ne sont pas admissibles aux implants cochléaires. Ces patients auront une chance de retrouver une bonne audition grâce à l’implant moderne de l’oreille moyenne. Le système est remboursé par le Fonds National de la Santé.

Les opérations de la pose des implants les plus modernes du Système Vibrant Soundbridge avec LP-Coupler effectuées par le  prof. Henryk Skarżyński ont pu être suivies par des milliers de spécialistes dans le monde entier grâce à la diffusion sur Internet, et au Centre Mondial de l’Audition, le peloton de tête d’experts de tous les continents.

Tout le monde avait peur de la façon de mettre en place en toute sécurité un système qui convient parfaitement à l’oreille moyenne et qui est compatible avec l’ensemble des osselets – a déclaré le prof. Henryk Skarżyński. – On ne peut pas laisser trop de pression, car cela pourrait entraîner une nécrose rapide des éléments comprimés. Le moment de la pose de l’appareil est crucial. Il peut durer 5 ou 50 minutes, selon les conditions anatomiques – a souligné prof. Skarżyński.

– Nous avons choisi des cas difficiles pour des opérations de démonstration. Les patients dont les nombreux otochirurgiens dans le monde ne voudraient pas opérer. Auparavant, nous essayions de faire des préparatifs pour prendre maintenant sur nous-même la responsabilité et montrer au monde ces premiers traitements – a déclaré le prof. Skarżyński, qui a déjà mené plusieurs centaines d’opérations de démonstration à Kajetany. Il les a également effectuées dans de nombreux endroits du monde, y compris à Bogota, Manille, Hanovre, de nombreux pays d’Europe de l’Est. Comme il souligne toujours, chacune de ces opérations est un grand défi. On ne peut jamais prédire quel sera le déroulement de la procédure. Ce n’est qu’après ses débuts qu’on peut comprendre si les conditions anatomiques permettent un placement rapide et efficace de l’implant. Une opération de démonstration comporte toujours un risque énorme. Cependant le Professeur Skarżyński les prend depuis des années, car, comme il le souligne, il n’y aurait pas de progrès dans l’otoschirurgie sans telles procédures.

Chaque mouvement de la main du prof. Henryk Skarżyński a été regardé plus de 250 spécialistes à l’Atrium du Centre Mondial de l’Audition, qui sont venus à Kajetany du monde entier, y compris d’Arabie Saoudite, d’Argentine, d’Australie, d’Autriche, de Belgique, du Chili, de Chine, d’Espagne, du Japon, du Canada, du Kazakhstan, de Moldavie, d’Allemagne, de Suède, des Etats-Unis, de Hongrie et d’Italie. International BONEBRIDGE & SOUNDBRIDGE est une rencontre cyclique des plus grands spécialistes mondiaux dans le domaine de l’otosurgie, de l’audiologie et de l’ingénierie biomédicale, traitant notamment des implants auditifs. Les deux premiers ont eu lieu à Rome et à Vienne. – C’est un grand honneur pour moi et mon équipe d’avoir été chargés de l’organisation du troisième symposium. C’est la plus grande plateforme internationale pour l’échange d’expériences et de connaissances sur les possibilités d’implantation avec l’utilisation des technologies d’implants auditifs de type Vibrant Soundbridge et Bonebridge, des techniques chirurgicales appliquées, des aspects audiologiques, des indications et des limites a dit le Professeur Skarżyński, qui – il convient de le rappeler – a réalisé non seulement la première implantation de l’implant d’oreille moyenne Vibrant Soundbridge en Pologne et le premier au monde son montage dans une fenêtre ronde, mais aussi en 2012 – la première implantation à la conduction osseuse en Pologne de Bonebridge.

Les implants auditifs sont des solutions relativement nouvelles utilisées pour traiter la perte auditive. Depuis la mise en œuvre de ces implants à la pratique clinique,  on effectue d’autres travaux pour améliorer les modèles. Les scientifiques travaillent, entre autres sur le développement de nouveaux coupleurs, c’est-à-dire des éléments pour attacher l’élément vibrant (transducteur, FMT) du système Vibrant aux osselets, qui permettent une meilleure stimulation de la fenêtre ronde et empêchent l’émetteur de glisser hors de la niche. Les résultats prometteurs de ces travaux expérimentaux ont été présentés par de nombreux spécialistes reconnus dans le monde.

Les prochaines sessions de International BONEBRIDGE & SOUNDBRIDGE ont été consacrées à discuter des effets que les patients atteints de différents types de perte auditive recevaient en utilisant différents types d’implants auditifs. En partageant leurs expériences, les spécialistes ont souligné la nécessité d’élaborer des lignes directrices et des protocoles pour le traitement de groupes de patients spécifiques.

Pendant le symposium, beaucoup d’attention a été consacré au problème de l’atrésie (atrophie du conduit auditif) et de son traitement. Le Professeur Mario Zernotti, d’Argentine, pendant sa conférence, a attiré l’attention sur le fait surprenant que l’incidence de ce défaut dépend de la latitude. En Amérique du Sud, l’atrésie du conduit auditif externe est dix fois plus fréquente qu’en Europe (20 cas pour 10 000 personnes, alors que sur notre continent 1 à 2 cas pour 10 000 personnes).

Le programme de deux jours du Symposium international BONEBRIDGE & SOUNDBRIDGE comprenait plusieurs opérations de démonstration, plus de 30 conférences et présentations. A la fin du symposium, le problème de l’évaluation économique des nouvelles technologies médicales a été soulevé. Par hypothèse, le système de cette évaluation devrait être utilisé pour aider les patients à accéder à des traitements innovants en favorisant les technologies qui donnent de bons résultats cliniques et qui sont économiquement acceptables. Un tel système, bien qu’il soit un défi pour les entreprises développant des technologies médicales, semble indispensable pour la mise en œuvre dans de nombreux pays.