Première greffe en Pologne d’un Implant de l’oreille moyenne CochlearTM MET©

Home / Nouvelles / Première greffe en Pologne d’un Implant de l’oreille moyenne CochlearTM MET©

Première greffe en Pologne d’un Implant de l’oreille moyenne CochlearTM MET©

Un des fondements du développement de la société contemporaine est le progrès sans précédent des contacts interpersonnels, l’accès et l’échange d’information, le développement des technologies et des outils informatiques. Le niveau d’éducation et d’utilisation de nos sens de l’audition, de la voix, de la parole ainsi que de la communication linguistique sont une partie intégrante de ce développement. Là où, au début du XXème siècle, le fonctionnement de l’homme et sa place dans la société étaient décidés à plus de 90 % par ses capacités manuelles, tout ceci est aujourd’hui décidé par son aptitude à la communication. Une bonne audition est dans ce but une nécessité. Les sociétés vieillissantes, en particulier occidentales, ont en effet des problèmes croissants de déficicits partiels de l’audition. Dans le même temps, un des fondements du développement de la société contemporaine est le progrès dans les contacts interpersonnels, l’accès à l’information ainsi que son échange.

Il est difficile de rester actif sans organes des sens efficients, qu’il s’agisse de la vue ou de l’audition. Dans le même temps, de plus en plus de personne, dans le monde moderne – en particulier ceux qui entrent dans un âge avancé – ont des problèmes d’audition. Ceci ne complique pas seulement la communication mais accroît également le risque d’irruption d’autres troubles. Les données indiquent que 8,1 à 14,6 % des personnes de plus de 60 ans déclarent ressentir des difficultés de communication liées à une détérioration de l’audition, et 27,7 à 40,3 % des personnes âgées de plus de 75 ans (Davis 1989). Les personnes âgées souffrant d’un léger déficit auditif présentent un risque de dépression accru de deux fois, chez les personnes présentant un déficit moyen – de trois fois et chez les personnes présentant un déficit sévère – de cinq fois. En outre, les personnes de 65 ans et plus présentant des troubles de l’audition subissent une détérioration des fonctions cognitives (33 %) et des épisodes de troubles de la mémoire (80 %). 90 % sont menacées d’un risque accru de maladie d’Alzheimer. Plus de 60 % des patients présentant divers types de déficit auditif ressent des acouphènes. Un examen de contrôle de l’audition tous les trois ans est recommandé pour les seniors. Malheureusement, en Pologne,  la majorité des patients s’adresse au médecin 10-15 ans après les premiers symptômes – alors que le déficit auditif est devenu un handicap.

L’optimisme tient à ce qu’il est aujourd’hui possible d’aider presque chaque patient atteint de déficit auditif – de l’enfant au centenaire. Au Centre Mondial de l’Audition de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition, depuis de nombreuses années et grâce au progrès des techniques  opératoires, les patients polonais ont accès – souvent les premiers ou parmi les premiers au monde – au technologies les plus modernes. C’est à l’Institut qu’ont été pratiquées les premières dans le monde, en Europe ou en Pologne d’opérations d’amélioration de l’audition de divers types. C’est ce qui s’est produit le 3 septembre 2014, lorsque le prof. Henryk Skarżyński a greffé – pour la première fois en Pologne – le nouvel implant de l’oreille moyenne – de type MET©.

L’implant est destiné aux groupes de patients suivants :

– patients auxquels les appareils auditifs n’apportent pas d’amélioration

– patients qui n’étaient pas qualifiés pour d’autres implants auditifs

un groupe particulier, pour l’obtention d’une amplification naturelle élevée du son, est constitué par les seniors de plus de 65 ans.

Le déficit auditif – et après ?

Presque chaque homme, avec lâge, commence à entendre moins bien. Le déficit auditif ne devient un problème que quand il est assez grave pour limiter notre contact avec l’environnement, quand la participation à des conversations devient difficile, voire même impossible. Certaines personnes commencent à éviter la compagnie, car elles sont gênées de demander en permanence à leurs interlocuteurs de répéter des mots ou des phrases qu’ils n’ont pas compris. Elles perdent confiance en elles-mêmes, leur facultés de concentration, certaines renoncent à toute vie sociale. Le déficit auditif peut même être un danger pour la santé et la vie, lorsqu’il est si grave que nous n’entendons plus l’arrivée des voitures ou les signaux avertisseurs.

Selon les données de l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de 328 millions d’adultes et 32 millions d’enfants du monde entier souffrent de déficit auditif à un degré significatif ou profond. Les causes sont diverses : maladies génétiques, complications pendant la grossesse ou lors de l’accouchement, maladies infectieuses, telles que méningite, otite chronique, exposition à un bruit excessif, vieillissement, etc. Il ressort également des données épidémiologiques que 3/4 des personnes âgées de 70 ans et plus ont de sérieux problèmes d’audition.

Selon les informations réunies lors de congrès scientifiques continentaux et mondiaux, il y a plus d’un milliard de personnes présentant des problèmes auditifs influents sur leur fonctionnement quotidien et en particulier qui entrave leurs communications sociales.

Nous connaissons aujourd’hui de nombreux moyens de traitement du déficit auditif. Certains types peuvent être traités de façon conservatoire ou chirurgicale. Pour des millions de gens présentant des défauts de l’audition une solution très efficace est constituée par des appareils auditifs de plus en plus nouveaux et plus raffinés. Il y a toutefois un grand groupe de personnes pour lesquelles ces solutions sont insuffisantes. Pour elle, la science contemporaine a créé différents types d’implants auditifs – l’un des équipements technologiquement les plus avancés que connaissent la médecine contemporaine. Le recours à telle ou telle solution dépend du degré d’évolution et du type de déficits auditifs. Le déficit auditif de conduction et provoquée par des problèmes dans l’oreille externe ou moyenne. L’oreille interne fonctionne normalement, mais ce qui et détérioré et la voix de conduction du son jusqu’à la cochlée. Causes typiques : infection de l’oreille, détériorations des conduits auditifs, perforation du tympan, liquide dans l’oreille moyenne détériorations congénitale ou acquise et immobilisation des osselets auditifs, par exemple du fait d’une otosclérose. Le déficit auditif de type réceptif et provoqué par des problèmes dans l’oreille interne ou dans le nerf auditif, lorsque sont perturbés la réception des sons par des éléments sensoriels ou leur transmission au cerveau, par exemple en raison de la détérioration des cellules auditives. Des causes typiques sont le vieillissement, l’exposition au bruit, des maladies génétiques, la prise de certains médicaments ou autres substances ototoxiques.

Le déficit auditif de type mixte consiste en une association du déficit de conduction et de réception, lorsque les problèmes interviennent aussi bien dans l’oreille externe, moyenne qu’interne ou au niveau du nerf auditif.

Implant MET©

MET© et un équipement implantable corrigeant l’audition, qui réunit les solutions technologiques les plus récentes dans le domaine des appareils auditifs avec les avantages des implants de l’oreille moyenne. L’implant MET© permet une forte amplification du signal acoustique et assure simultanément une haute qualité du son – a déclaré avant l’opération le prof. Henryk Skarżyński C’est un système destiné aux personnes souffrant d’un déficit auditif de type réception et mixte de niveau moyen à significatif. L’appareil agit selon le principe de la transmission directe des vibrations sonores aux osselets. On contourne ainsi l’oreille externe quand il n’est pas possible d’employer d’autres solutions traditionnelles pour des raisons diverses – ajoute-t-il.

Structure de l’implant MET©

Le système MET© se compose d’une partie externe et d’une partie interne. La partie externe est un processeur de sons Button, porté sous les cheveux à la surface de la tête derrière l’oreille et qui est fixée par un aimant à une platine implantée sous la peau. Le processeur est léger et relativement petit (diamètre 3,5 cm), alimenté par une batterie de taille 13 qui suffit à plus de 50 heures de travail. Le corps du processeur est produit dans 4 couleurs (noir, gris, brin et beige), grâce à quoi le patient peut le dissimuler discrètement sous les cheveux. La partie interne (greffés) de l’implant se compose de 2 éléments : la parti propre de l’implant, situé directement sous la peau de la tête derrière l’oreille, ainsi que l’activateur placé dans la partie mastoïdienne de l’os temporal et connecté aux osselets de l’oreille moyenne (le plus souvent à l’enclume, peut-être également fixé à l’étrier, à la fenêtre ovale ou à la fenêtre ronde).

Principe de fonctionnement de l’implant MET©

le processeur de sons reçoit les sons et, en fonction de son réglage les amplifie, filtre et recompose signale qu’il envoie par la suite via la platine magnétique à l’implant. L’implant le transforme en signal électrique qu’il envoie par un câble à l’activateur. L’activateur est une sorte de petit moteur qui transforme le signal électrique en vibration mécanique et les transmet directement à l’un des osselets. À partir de ce point, le processus de l’audition se déroule comme dans l’audition normale.

Opération de greffes de l’implant MET©

Lors de l’opération, le chirurgien pratique une petite incision de la peau derrière l’oreille puis fore une ouverture dans le mamelon mastoïdien. Ensuite, il place l’implant sous la peau et pose l’implant dans un système de fixation spéciale puis connecte sa terminaison avec l’osselet choisi au avec la fenêtre de la cochlée.

– Il est difficile aujourd’hui d’évaluer le nombre de patients qui sont qualifiés pour ce type d’opérations. Je pense qu’il s’agira de nombreux patients d’âge varié avec un accent particulier sur les personnes plus âgées dans la mesure où les personnes de plus de 65 ans souffrent pour près d’un tiers d’entre elles de déficits auditifs profonds – dit le prof. Henryk Skarżyński.

On a pu suivre toute l’opération Online , effectuées sous anesthésie générale et qui dure en principe de 1 à 2 heures.

Grâce aux technologies de téléconférences les plus modernes disponibles au Centre Mondial de l’Audition, qui sont utilisés en particulier pour la formation continue des médecins otolaryngologues, les opérations pionnières du prof. Henryk Skarżyński sont vus dans le monde entier. Ces technologies innovantes sont utilisées au centre depuis plus de 10 ans lorsque l’équipe d’ingénieurs et d’autres spécialistes dirigés par le prof. Henryk Skarżyński à engager ses premiers travaux de recherche, puis des travaux clinique concernant la télémédecine et en particulier les téléconsultations pratiquées par le prof. Henryk Skarżyński. En 2005, les premiers pas ont été accomplis en matière de pose d’implants auditifs chez un groupe en augmentation constante de patients présentant une surdité partielle. En 2007 les premiers effets en ont été démontrés sur l’arène internationale. Une nouvelle méthode de téléfitting a été lancée progressivement et mise en œuvre sur une échelle toujours plus large dans la pratique clinique. Les excellents résultats de son emploi lors de recherches en pilotage, systématiquement compléter par des éléments de télé-réhabilitation ont permis la réalisation progressive d’une nouvelle idée du prof. Henryk Skarżyński  – le  « Réseau National de Télé réhabilitation Auditive », comprenant 20 centres répartis sur le territoire toute la Pologne.

Aujourd’hui, le Réseau National de Télé-audiologie fait appel aux programmations et aux équipements de vidéoconférence les plus modernes ainsi que qu’à des procédures uniques de recherches, de mesures et de collecte des paramètres de stimulation électrique. Il permet la coopération de spécialistes de nombreux domaines : ingénieurs cliniciens, médecins, logopèdes, psychologues dans le but d’assurer les soins postopératoires les plus complets aux patients, y compris les utilisateurs d’implants auditifs.

Au bout de combien de temps le patient peut-il utiliser l’implant ?

Après l’opération, le patient porte un pansement posé sur la blessure. Au bout de 6 à 10 jours après l’opération on peut retirer les fils de suture de la peau est retiré le pansement. Toutefois avant que le patient puisse utiliser l’implant, la blessure doit être totalement cicatrisée. Habituellement, la mise en route du système intervient au bout de 6 à 8 semaines après l’opération.

Lors de la première mise en route de l’implant, un prothésiste de l’audition qualifié ou un ingénieur cliniciens connecte le système de l’implant à un ordinateur et effectue une étude de l’audition. En fonction de ses résultats il programme le processeur de sons. Lorsqu’ils remettent le processeur au patient, les spécialistes le forment à l’utilisation et à l’entretien de l’appareil.

Après la mise en route du processeur, le patient commence à entendre à nouveau des sons qui ne lui parvenaient plus depuis longtemps. S’y habituer peut exiger un certain temps. Dans cette première période après la mise en service du processeur il est parfois nécessaire de passer plusieurs visites de contrôle pour adapter la programmation du réglage du processeur aux possibilités et aux besoins auditifs changeants du patient. Après cette période initiale, le patient doit passer des visites de contrôle périodique.

Je me réjouis de ce que c’est déjà la quatrièmes opérations pionnières que nous réalisons depuis l’ouverture du centre mondial de l’audition en 2012 – déclare le prof. Henryk Skarżyński  – . En créant le centre je voulais que son activité clinique procure des avantages sans précédent aux patients polonais, qui ont accès – souvent les premiers en Europe et dans le monde – aux technologies médicales les plus modernes et les plus avancés – ajoute le prof. Skarżyński.

L’opérations pionnières de greffe de l’implant MET© et une nouvelle preuve de la très haute position qu’occupe sur l’arène internationale l’institut de physiologie et pathologie de l’audition et de ce qu’il compte énormément en tant que centre clinique et scientifique. Au cours des prochaines années, l’établissement jouera un rôle très actif dans la promotion de la science et de la médecine polonaise dans le monde. L’institut s’est vu en effet reconnaître une grande confiance, ce qui s’accompagne du droit d’organiser toute une série de congrès scientifique, parmi les plus importants au monde en otolaryngologie, audiologie et phoniatrie. C’est un événement d’échelle mondiale. En 2017, Varsovie accueillera le XII-ème World Tinnitus Conference ainsi que le XXV-ème International Evoked Response Audiometry Study Group Biennial Symposium (IERASG), un an plus tard – le 5ème International Symposium on Otosclerosis and Stapes Surgery, et en 2020 – le XXXV Congress of Audiology. Dans l’intervalle, sont également planifiées des ateliers internationaux d’otochirurgie et de rhinochirurgie qui sont organisés régulièrement.