9 Hearing Preservation Workshop

Home / Nouvelles / 9 Hearing Preservation Workshop

9 Hearing Preservation Workshop

,

Du 18 au 21 octobre 2012 s'est tenue à Toronto la rencontre internationale annuelle de la communauté des spécialistes les plus éminents de tous les continents dans le cadre du cycle intitulé «Hearing Preservation Workshop».

Les ateliers de cette année, au cours desquels ont été présentées 35 communications ont rassemblé environ 180 participants du monde entier. 17 rapports provenaient du Canada et des USA et 16 de l'Europe, parmi lesquels un nombre imposant – 5 communications – en provenance de l'Institut de Physiologie et de Pathologie de l'Audition. L'Institut était représenté par : le Prof. Henryk Skarżyński, le Dr Anna Piotrowska, le Dr ing. Artur Lorens, le Dr Piotr H. Skarżyński. Dans la série des communications d'ouverture de la conférence, le Prof. Skarżyński a présenté les résultats détaillés du traitement de la surdité partielle par greffe d'implants cochléaires. Les études présentées concernaient l'évaluation de la compréhension de la parole des patients présentant une surdité partielle et utilisateur d'un système d'implants cochléaires au cours des 10 années suivant leur opération.

– Chez les patients présentant une surdité partielle pendant une longue période, on peut malheureusement s'attendre à une progression des transformations dans l'oreille interne et ceux qui l'accompagnent d'une dégradation de l'audition naturelle aussi bien dans l'oreille implantée que dans l'oreille non implantée. C'est ce que confirment les résultats de l'étude des seuils de perception auditive. Une attention particulière mérite toutefois d'être portée au fait que la compréhension de la parole dans le silence ne se dégrade pas à long terme dans le temps et connaît même dans le bruit une amélioration progressive – a souligné le Prof. Skarżyński.

Cette observation montre que chez ces patients la dégradation de l'audition naturelle peut être compensée à l'aide d'un changement de matériels – développée spécialement pour les cas de surdité partielle – des processeurs de la parole (actuellement désignés comme audio processeurs). Le Prof. Skarżyński a expliqué l'amélioration progressive de la compréhension dans le bruit par l'intervention de la plasticité du cerveau, c'est-à-dire de la capacité de certaines structures cérébrales responsables de la compréhension de la parole à des changements lents permettant l'amélioration de leur fonctionnement. Les études présentées dans la communication étaient les premières recherches au monde basé sur l'observation de l'efficacité de la méthode de traitement de la surdité partielle à l'aide d'implants auditifs. Jusqu'alors, n'avaient été effectuées que des recherches expérimentales sur l'efficacité et la sécurité de la méthode.

La médecine promue actuellement, appuyer sur des preuves (Evidence-based medicine, EBM) recommande une démarche clinique appuyer sur les meilleures preuves scientifiques accessibles relatives à l'efficacité, à l'effectivité et à la sécurité. Ces preuves sont fournies par les résultats d'études expérimentales fiables (efficacité et sécurité) ainsi que par des recherches en observation (effectivité et sécurité). Grâce aux études présentées par le Prof. Skarżyński qui améliore notre connaissance sur la méthode de traitement de la surdité partielle en y apportant des preuves relatives à son effectivité, nous pouvons désormais conformément aux fondements de l'EBM affirmé que cette méthode est sûre, efficace et effective et est par conséquent conseillée pour une mise en œuvre dans la pratique clinique.

Les autres interventions de l'Institut de Physiologie et de Pathologie de l'Audition concernait également la problématique de la surdité partielle. Le docteur Piotr Skarżyński a parlé de l'efficacité et de la sécurité de la méthode de traitement de la surdité partielle chez l'enfant. Le thème du déficit auditif chez l'enfant a été poursuivi par le docteur Anna Piotrowska dans une présentation rapprochant cette question des dépistages menés chez les enfants d'âge scolaire. Ce travail renvoie à deux documents fondamentaux préparés sur l'initiative du Prof. Skarżyński avec un fort engagement de l'équipe de l'Institut : le consensus scientifique européen intitulé « dépistage de l'audition, de la vue et de la parole chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire » ainsi que la conclusion du conseil de l'Europe intitulée « Conclusion du conseil de l'Union Européenne en matière de détection et traitement précoce des troubles de la communication chez l'enfant prenant en compte l'emploi des outils de e-santé et de solutions innovantes ». Le Dr Artur Lorens a présenté les résultats préliminaires d'études expérimentales novatrices ayant pour but la mise en évidence des mécanismes de discrimination par le système auditif d'une information transmise simultanément par voie acoustique (son) mais aussi électrique (électrostimulation). Au cours des études expérimentales une tentative clinique d'excitation électroacoustique du même fragment de récepteur auditif a été effectuée pour la première fois. Les résultats préliminaires indiquent la possibilité d'emploi de ce type d'excitation combinée dans la mesure où il montre que l'information transmise électriquement n'entre pas en conflit avec l'information transmise acoustiquement et vice versa.

Un complément d'information sur la méthode de traitement de la surdité partielle a été apporté par la présentation du Dr de l'université des USA. Il a présenté un projet scientifique américano-polonais multilatéral, dans lequel la Pologne est représentée par l'équipe de l'Institut de Physiologie et de Pathologie de l'Audition. Les études menées avec la participation de patients polonais et américains et portants sur la stimulation électrique et acoustique simultanée ont montré une amélioration sensible de la compréhension de la parole par rapport à une audition seulement électrique ou seulement acoustique en particulier dans des conditions de réception difficile produite de façon expérimentale par l'introduction de renvoi supplémentaire du son (écho) ainsi que de nombreux signale entrant en conflit à partir de directions diverses.

La rencontre de Toronto a été une occasion irremplaçable d'échange d'informations et d'expériences aussi bien dans le domaine des études cliniques que des recherches fondamentales. Le spectre thématique large des ateliers englobait également, outre les travaux chirurgicaux, des informations dans le domaine de la génétique, de la biologie moléculaire, de l'ingénierie biomédicale.