Conclusion du Conseil de l’Union Européenne en matière de détection et de traitement précoce des troubles de la communication chez l’enfant prenant en compte l’emploi des outils de e-santé et de solutions innovantes

Home / Nouvelles / Conclusion du Conseil de l’Union Européenne en matière de détection et de traitement précoce des troubles de la communication chez l’enfant prenant en compte l’emploi des outils de e-santé et de solutions innovantes

Conclusion du Conseil de l’Union Européenne en matière de détection et de traitement précoce des troubles de la communication chez l’enfant prenant en compte l’emploi des outils de e-santé et de solutions innovantes

,

Le 2 décembre 2011, pendant la séance du conseil de l'Union Européenne sur les Questions d'Emploi, de Politiques Sociales, de Santé et des Affaires de Consommation (EPSCO) à Bruxelles, a été adoptée la Conclusion du Conseil de l'Union Européenne en matière de détection et de traitement précoce des troubles de la communication chez l'enfant prenant en compte l'emploi des outils de e-santé et de solutions innovantes. Ceci fut un événement clé couronnant l'action réalisée pendant la présidence polonaise du conseil de l'Union Européenne dans le domaine de l'égalité des chances pour les enfants souffrants de troubles de la communication et constituant une partie intégrante des priorités de santé publique. Ces actions étaient coordonnées par le prof. Henryk Skarżyński est réalisé par l'équipe de l'Institut de Physiologie et de Pathologie de l'Audition en coopération avec le département de la mairie de l'enfant du Ministère de la Santé.

La Conclusion, négociée pendant les séances du Groupe de Travail Santé Public puis adoptée à Bruxelles est un document qui attire l'attention de la société sur le problème des troubles de la communication et de leurs conséquences pour le développement intellectuel émotionnel adéquat des enfants, ce qui influe par la suite sur leur situation sociale et économique dans la vie adulte. La Conclusion incite les représentants des gouvernements des pays membres ainsi que les institutions compétentes à engager des actions pour la détection et le traitement des troubles de l'audition, de la vue et de la parole chez l'enfant, en particulier au moyen de programmes de dépistage efficace et économiquement fondé ainsi que par l'utilisation des possibilités que donnent les technologies modernes et les outils de e-santé. Elle souligne le rôle de la prévention, de la surveillance, ainsi que de l'engagement actif des parents des éducateurs et des enseignants. La conclusion est également l'accent sur le renforcement de la coopération internationale dans le domaine des troubles de la communication. Elle incite également les états membres et la commission européenne a examiné le thème des troubles de la communication en lien en particulier avec les affections exigeant une concentration spécifique de connaissance d'expériences et de moyens dans le processus de travaux sur l'établissement de réseaux européens de référence prévue dans la Directive de l'Union Européenne sur l'application des droits des patients dans l'assistance de santé transfrontaliers.

Un climat inoubliable a été créé au cours des mois qui ont précédé la présidence polonaise du Conseil de l'Union Européenne, lors des travaux servant à la préparation et à l'adoption de la Conclusion du Conseil de l'Union Européenne. La coopération entre experts représentant les milieux européens des audiologues, otolaryngologues, oculiste, phoniatres et thérapeute, lancée à l'initiative de l'Institut de Physiologie et de Pathologie de l'Audition, a été scellée par la signature à Varsovie, le 22 juin 2011, de 2 Consensus Scientifiques Européens. Le premier, intitulé « dépistage de l'audition chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire » a été signé par 35 représentants de 27 pays, cependant que le second consensus intitulé « dépistage de l'audition, de la vue et de la parole chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire » était signée par les représentants des milieux scientifiques mentionnés ci-dessus. Ce soutien scientifique international, sur une échelle et avec une ampleur sans précédent, était et est extraordinairement important pour les actions à venir de création de programmes ainsi que de projets à l'échelle européenne avec le soutien des institutions des états ainsi que de l'union.